Erste Geothermie-Bohrungen der SIG

28. März 2017

Für das Programm «GEothermie 2020» hat eine wich­tige Phase begonnen: Die SIG führten in Châtelaine erste geothermische Bohrungen mit einer Tiefe von sechzig Metern durch. In diesem Gebiet war im Laufe des Programms unterirdisches Wasser entdeckt worden, das zur Wärmeproduktion für ein neues Fernwärmenetz dienen soll. Das Pilotprojekt gibt einen Ausblick auf die weitere Entwicklung von innovativen Wärmelösungen, die erneuerbare und lokale Energie im Verbund nutzen.

Original-Medienmitteilung:

Situé sur les communes de Genève et de Vernier, la Concorde est un quartier d’une trentaine d’hectares en forte mutation. Divers bâtiments offrant un millier de logements et 250 emplois, ainsi qu’une école, vont y être bâtis au cours des années à venir. Ces équipements côtoieront des constructions existantes. Selon Antonio Hodgers, conseiller d’Etat chargé du département de l’aménagement, du logement et de l’énergie (DALE), „promoteurs et autorités communales se sont fortement engagés dans la recherche de solutions énergétiques valorisant des ressources renouvelables et locales, afin de minimiser l’empreinte environnementale de ce nouvel ensemble urbain.“

Decouverte d’une nouvelle nappe d’eau
Pour ce faire, une étude détaillée du sous-sol du périmètre concerné a été effectuée en 2016 dans le cadre du programme GEothermie 2020. „Cette prospection a permis de découvrir, grâce notamment à quatre forages exploratoires, la présence d’une nappe d’eau souterraine jusque-là non cartographiée. Située à une soixantaine de mètres de profondeur, elle présente une température d’environ 14° et des débits favorables à une exploitation géothermique“ détaille Luc Barthassat, conseiller d’Etat chargé du département de l’environnement, des transports et de l’agriculture (DETA).

Trois ressources pour un seul reseau
Sur cette base, l’Etat de Genève et SIG ont imaginé un concept pour alimenter le quartier de la Concorde en chauffage et en eau chaude. Concrètement, il s’agit de développer un réseau de chauffage à distance novateur, alimenté par trois ressources complémentaires :

    • la géothermie sur nappe d’eau peu profonde via une pompe à chaleur;
    • les déchets urbains via l’usine d’incinération des Cheneviers;
    • le gaz naturel via la chaudière du Lignon.

La part de ces différentes énergies variera selon la saison. En hiver, la géothermie couvrira la majeure partie des besoins en chauffage. En été, l’eau chaude sanitaire sera chauffée par la seule incinération des ordures. Le gaz naturel sera quant à lui utilisé en appoint en fonction des besoins. Au final, l’approvisionnement thermique du quartier de la Concorde sera couvert à hauteur de 65% par des énergies non fossiles. „SIG fournit déjà de l’électricité 100% renouvelable. SIG s’engage aussi vers de l’énergie thermique renouvelable pour Genève, de l’énergie aux sources locales, performantes et peu polluantes. Cela relève de notre vocation d’entreprise publique“, affirme Christian Brunier, directeur de SIG.

Un développement progressif
L’installation par SIG des conduites constituant le nouveau réseau de chaleur à distance a débuté récemment. Deux premiers bâtiments pourront y être raccordés en automne 2017, dès leur construction terminée. Le réseau sera progressivement déployé dans le quartier de la Concorde d’ici fin 2018. Les nouvelles constructions et les bâtiments existants auront ainsi la possibilité de s’y connecter.

Un projet exemplaire
A l’inverse d’une solution basée sur des chaudières individuelles, la mutualisation des besoins de chaleur au travers d’un réseau apporte un maximum de souplesse. Elle permet notamment de connecter progressivement de nouveaux bâtiments, en fonction des besoins. De plus, par rapport à une solution 100% fossile, le futur chauffage à distance de la Concorde fournira un mix énergétique aux impacts environnementaux fortement réduits.

Medienmitteilungen